Cog-Sportif

Etude randomisée de l’impact des séances d’activité physique adaptée sur les fonctions cognitives et la qualité de vie chez les patientes porteuses d’un cancer du sein localisé

Coordinateur : Olivier Rigal (Rouen)

Contexte

De nombreuses études montrent l’importance et les bénéfices de l’activité physique adaptée (APA) dans « l’après cancer » et tout particulièrement dans les suites des traitements du cancer du sein. Les séances d’APA permettent en effet une amélioration significative en terme de qualité de vie, de bien être émotionnel, de réduction de la fatigue et d’amélioration des capacités physiques pour les patientes, sans complication significative. Hors cancérologie, il existe également un bénéfice de l’activité physique (d’intensité faible à modérée) sur la cognition des personnes âgées et plus particulièrement en cas de syndrome démentiel. Ainsi la pratique de l’activité physique adaptée, pourrait permettre d’atténuer ce phénomène de « brouillard cognitif » ou «  chemofog » et d’améliorer la qualité de vie des patientes au cours de la période de « l’après cancer » du sein.

Objectifs
Evaluer l’intérêt de séances d’activité physique adaptée sur les fonctions cognitives de patientes traitées par chimiothérapie pour un cancer du sein.

Méthodologie de l’étude
Etude interventionnelle, longitudinale, multicentrique, randomisée. Groupe APA immédiate et groupe APA différée. Evaluation à 3 mois. Recherche de biomarqueurs plasmatiques.

Etat de l’étude

Ouverte, 20/152 patientes incluses

Collaboration
3 centres participants : CLCC de Caen, Lille et Rouen

Financeur
PHRC-I (DGOS) 2015